Aller au contenu principal

Falaises- Olivier Adam

23 avril 2011

Je ne sors plus de la tristesse qui se dégage des ouvrages que je lis, j’ai envie d’aventures, d’amour, de soleil… C’est le printemps oui ou zut?

Bon, je ne vais pas vous mentir, je m’attendais tout de même à de la mélancolie dans Falaises d’Olivier Adam (pas naïve la fille!). Optimiste dans l’âme, je m’accrochais à un espoir diffus dans l’ouvrage mais je m’accrochais vraiment à la falaise pour le coup!

Ca parle de quoi Falaises?

Alors à 31 ans, Olivier a une petite fille de deux ans, avec sa compagne Claire qu’il aime à mourir. Il a tout pour être heureux mais ne peut oublier sa mère défunte, il y a vingt ans jour pour jour. Cet anniversaire le fait revenir sur les lieux du suicide de celle-ci sur les fameuses falaises d’Etretat. L’histoire est triste mais le personnage principal est attachant: c’est juste un enfant qui ne veut pas grandir!

J’ai vraiment apprécié le style très poétique de l’auteur: la poésie subit des ruptures parfois violentes ce qui accentue l’effet de tristesse et de mélancolie. En revanche,j’ai eu du mal à me plonger dans l’ouvrage, je m’accrochais désespéremment à l’espoir suggéré sur l’avenir du personnage principal.En vain. Mais c’est vraiment trop triste pour moi…

un petit biscuit? oui, la quatrième!

Etretat. Sur le balcon d’une chambre d’hôtel, un homme veille. Au bout de son regard: les falaises éclairées d’où s’est jetée sa mère vingt ans plus tôt. Le temps d’une nuit, le narrateur déroule le film de sa vie, cherche dans sa mémoire relative les traces de sa mère disparue. Une question s’immisce peu à peu dans son esprit, lancinante: comment suis-je encore en vie?

Publicités

Valenciennes-Paris, Paris-Valenciennes: 1 journée en amoureux à Paris mode d’emploi!

21 avril 2011

Bonjour à tous,

Je vous fais profiter de ma journée à Paris en partant de Valenciennes, je sais que cela pourra servir à beaucoup de Valenciennois

Tout d’abord, nous nous sommes occupés de places de train ( mode de transport idéal pour éviter la circulation parisienne). Paf, direction le site voyages-sncf pour choper des Prem’s à 20 euros l’aller et 20 euros le retour pour une personne, soit 80 euros le voyage pour deux ( je sais je suis trop forte en maths)! On a pris le train de 7h30 pour arriver à 9h30 à Paris-Nord. Je sais 2h… On fait un arrêt de 10 minutes à Douai et un autre à Arras… Perte de 20 minutes! Bon pour 20 euros, on ne va pas se plaindre, cela m’a permis de regarder de plus près mon petit guide vert spécial Paris! Pour le retour, le train de 19h22 à la gare de Paris nord nous a permis de rentrer à Valenciennes à 21h04 (soyons précis) et surtout d’avoir une journée bien chargée!

Après le train, il a fallu sélectionner les monuments de notre visite. Je me suis plongée dans le guide vert avec mes post-it:  je ne voulais surtout pas rater la Tour Eiffel, le Musée du Louvre et Notre Dame… La sélection faite, je me suis rendue sur le site de la RATP pour relier en métro-RER les différents monuments. Franchement, j’ai été étonnée: le site est très bien fait et  rapide, j’ai pu faire mon parcours rapidement, corriger mes choix et surtout comprendre que le prix d’un ticket de métro sur Paris est de 1,70 euros. Je vous laisse mon carnet de bord!

1- Le Louvre

On a acheté nos places sur fnac.com (9,50 euros) pour nous éviter la file géante des visiteurs qui se pressent sur le parvis du musée! On s’est rendu à la gare de l’Est pour prendre le métro 7 direction Mairie d’Ivry arrêt Palais Royal- Musée du Louvre. On est arrivé à 10h pour entrer par l’aile Richelieu (entrée rapide pour ceux qui ont des billets) et on s’est donné 3h de visites! On a fait les oeuvres les plus célèbres donnés sur le plan du Musée. Il faut absolument sélectionner les oeuvres sinon on est noyé! On reviendra certainement pour apprécier les oeuvres de l’Egypte ancienne que l’on a pas pu faire… On a déjeuné au musée.

2- L’Arc de Triomphe

De l’aile Richelieu vers 13h30, on a pris le métro 1 direction La Défense arrêt Charles de Gaulle Etoile. On comprend vite ce qu’est la circulation de la capitale en observant un peu la place de l’étoile!

3- La Tour Eiffel

De l’Arc de Triomphe, on a pris le Métro 6 direction Nation arrêt Bir-Hakeim. On est pas monté à Tour Eiffel par choix mais en 2 h vous pouvez patienter dans la file d’attente et monter. Il faut compter 13,90 pour aller au troisième. On a plutôt choisi de prendre des photos de la Tour vu du Palais Chaillot et de se reposer un peu sur les bancs du quai des Etats-Unis.

4- Notre- Dame

Vers 16heures, on a pris le RER C arrêt St Michel-Notre Dame et contempler la cathédrale. On a pris ensuite la décision de voir le quartier latin, la Sorbonne et de visiter le Panthéon ( 7 euros par personne).

Vers 18h45, on a pris le RER B direction Mitry-Claye arrêt Gare du Nord pour prendre le train de 19h22.

Je crois que l’on a fait le maximum que l’on puisse faire en une journée. On a vu plein de belles choses et on était crevé!

A plus tard.

Bye Bye Blondie-Virginie Despentes

12 avril 2011

Ce fut pour le moins la-bo-rieux mais j’ai enfin fini ce livre! Pourquoi tant de retard? Je n’ai tout simplement pas été attirée par l’héroïne qui est à mille lieu de moi: elle est agressive, violente et a fait un petit séjour en maison psychiatrique, lieu qui ne m’a jamais transcendée ( ça me fait plus peur qu’autre chose!) Elle est de la génération 80 ( My generation!) mais tout nous sépare elle est punk et vit dans la marginalité… Ca a vraiment été le choc des cultures! En plus, elle tombe amoureuse en HP pour se faire quitter lachement: son copain s’en va sans donner de nouvelles… Je ne peux supporter ce genre d’abandon: être abandonnée est pour moi la pire des choses au monde! Ce n’est pas fini: elle retrouve ce petit ami 20 ans après et il est devenu présentateur vedette à la télé… Déception totale, la pauvre fille vit dans la rue! Y’a vraiment pas de justice…

En revanche, il faut reconnaître que Virginie Despentes à un vrai style émouvant, acèré et claquant, n’hésitant pas à malmener la société dans laquelle on vit.

La 4 ème:

Une fille qu’on rencontre en HP n’est pas une fille qui rend heureux. Il voulait jouer contre le reste du monde, avoir raison contre toutes les évidences, il pensait que c’était ça l’amour. Il voulait prendre ce risque, avec elle, et qu’ils arrivent sur l’autre rive, sains et saufs. Mais ils réussissent juste à s’entraîner au fond. Il est temps de renoncer…

Gloria a été internée en hopital psychiatrique. Contre toute attente, la punkette « prolo » y a rencontré Eric, un fils de bourgeois aussi infréquentable qu’elle; ils se sont aimés comme on s’aime à seize ans. Puis, la vie autant que les contraintes sociales, les a séparés. Vingt ans après, à nouveau, leurs chemins se croisent. Portrait d’une femme blessée aux prises avec ses démons, traversée des années punk, chronique d’un amour naufragé, Bye Bye Blondie est sans doute le livre le plus émouvant de Virginie Despentes.

L’homme qui voulait être heureux- Laurent Gounelle

5 mars 2011

 

Je crois que j’ai trouvé une petite pépite qui pourrait remettre nos styles en vie en question. Un homme passe ses vacances en Indonésie dans l’île de Bali exactement. Il entend parlé d’un vieux guérisseur qu’il veut absolument consulter malgré sa bonne santé attestée. Par là, il veut assouvir une simple curiosité, curiosité qui va changer sa vie et peut-être la vôtre et… la mienne.

Il s’agit d’un ouvrage philosophique ou plutôt un ouvrage de développement personnel – Ben oui, tout le monde veut être heureux et moi la première- qui vaut bien une séance chez un psy! L’ouvrage est construit sur les croyances que l’on a sur les autres et surtout sur nous, ces mêmes croyances peuvent limiter notre développement et par extension limiter notre capacité à être heureux. L’auteur ajoute des exemples scientifiques donnant beaucoup de crédits aux arguments développés par le guérisseur: un seul mot, bluffant!

Je vous conseille vivement ce livre car il pourrait véritablement vous donner des clés pour vous comprendre et comprendre le monde qui nous entoure.

J’ai failli te dire que je t’aime-Frederico Moccia

28 février 2011

Ahem… Entre mon anniv, les préparatifs, la fête, j’ai ENFIN fini J’ai failli te dire que je t’aime de Frederico Moccia. On peut faire un cocofrederico pour moi car il m’a fallu 1 bon mois pour lire les quelques 762 pages de l’ouvrage!

J’avais choisi ce livre car la couverture me faisait penser aux vacances sur la plage, doux présage pour cet hiver bien pluvieux: je me voyais déjà en pleine séance de bronzing, la capeline sur la tête écoutant le clapotis des vagues… euh, oui je m’égare. Bon alors l’histoire???

La rencontre entre Alessandro et Nikki se fait par un accident sous le doux soleil de Rome: elle venait de démolir sa Mercedes avec son scooter, elle l’exaspéra!

Nikki passe son bac. Elle fait partie d’un groupe soudé de quatre filles: Olly, Nikki, Diletta, Erica. Les ONDES comme elles se surnomment. Olly est une fille plus que libérée. Erica est plus sérieuse et vit une histoire avec un ado de son âge. Diletta est la réveuse et attend le prince charmant.Quant à Nikki, elle attend l’homme de sa vie.

Alessandro est le chef d’une équipe de publicitaire. Il est brillant mais ses idées tendent à devenir conventionnelles, on lui reproche de manquer de créativité. De plus, il vient de se faire plaquer par sa future épouse Elena. Il en souffre beaucoup et reste très amoureux d’elle. Elle est partie en laissant un petit mot et surtout ne donnant aucune nouvelle à Alex qui ment sur sa rupture à sa famille et à ses amis.

Quand Nikki se retrouve sur le pare-brise d’Alex, elle sait: c’est l’homme de sa vie!  Alex, lui, ne le sait pas encore. Il réfléchit moins vite que Nikki. Mais il le comprend le lendemain, après avoir passé l’après-midi entière avec elle. Et il en devient un peu plus certain à chaque fois que Nikki l’appelle pour passer un moment avec lui. La différence d’âge le perturbe tout de même. De plus, leur bande respective est plus que réticente au couple: l’une  surnomme Nikki « jeunette au cul d’enfer » et l’autre pense qu’Alex n’est qu’un vieux au portefeuille alléchant. 

Il a 37 ans. Nikki 17. Aie aie aie les ennuis commencent…

Outre la fraicheur de Nikki et la retenue d’Alex, on a là un bel ouvrage sur les choix que l’on fait tout au long de sa vie. Qui sommes-nous? et pourquoi? J’ai aussi retenue un petit passage car l’amour( vous l’aurez compris) est central dans cet ouvrage.

« Et elle se laisse porter, douce et un peu effrayée, mais heureuse d’être là, d’avoir acceptée ce voyage qu’ils sont sur le point de faire ensemble. Sans partir. Sans bagages. Sans cartes ni plans. Parce que, en amour, les routes et les paysages sont une découverte continue. parce que personne ne te les enseigne. Ou eput-être que si. C’est sa respiration qui te guide. Il te dit où tourner. Ou ralentir. Où t’arrêter… »

Bonne lecture.

Virginie de Claussade- L’âge des promesses

21 janvier 2011

Attention les filles, superbe trouvaille!

OMG! OMG! OMG! Voici les dernières pensées que j’ai eues en lisant ce roman… Il y a tous dans ce roman: amour, sexe, drogue, amitié, humour, mode, suspens (un peu moins) ! Enfin, j’ai été comblée avec ce roman: je suis restée lycéenne dans l’âme!

Quéçaco?

Il s’agit donc de l’histoire de Manon, une ado du XVIIè parisien vivant dans une famille assez aisée. Elle passe son bac avec sa bande de copines et rencontre le prince charmant, Pat. Pour tenir le coup, Manon se drogue et s’enfonce de plus en plus dans les addictions en tout genre. En plus d’avoir une petite histoire sympa, Virginie de Claussade dénonce les méfaits de la drogue. On peut l’offrir à une copine drugaddict car la fin dépote!

Même si on ressent l’ennui de la vie de lycéenne de Manon (vodka, ligne de coke et sortie), ce roman se laisse lire pour se changer les idées et aussi pour se rappeler des superbes années de lycée 😉

Une tit’ 4ème?

 » Ca a été la galère de planter mes copines, j’ai feint une migraine fulgurante. Pas sûre qu’elles m’aient crue, mais elles m’ont laissée filer sans trop de questions. Blottie contre lui sur sa triumph, je suis contente de moi. J’aime bien être capable de vivre avec quelqu’un comme ça, sur un coup de tête. A ce moment précis, sur cette vieille moto, j’adore ma vie. Je n’ai aucune idée d’où il m’emmène. » Manon a 17 ans. Manon s’en fout du bac. Manon est amoureuse. Elle a l’âge des promesses.

Pour info, Virginie de Claussade est la blonde des enfants de la télé :-p

No et Moi – Delphine de Vigan

8 janvier 2011

Cela faisait longtemps que je voulais lire No et Moi. Je ne sais pas, je passais mon chemin et finissais par choisir un autre livre. Je savais que c’était l’histoire d’une rencontre entre une ado SDF et d’une autre ado mais ce qui m’intéressait c’était le sujet de la solidarité, encore une belle valeur qui se perd selon moi. Finalement, je l’ai acheté pendant les vacances de Noël, un besoin de retour à cette valeur tout simplement.

Donc  récapitulons, No et moi est l’histoire de la rencontre entre Lou, une ado surdouée de 13 ans, et No, une jeune SDF de 18 ans. Lou décide de prendre No sous son aile et de la sortir de la rue. Tâche au combien difficile puisque sa volonté se heurte aux préjugés des gens, aux regards des autres et à leur indifférence.

Il n’y aucun pathos, je n’ai pas pleuré et pourtant le sujet est très difficile à traiter sans tomber dans divers travers. 

Je ne serais que trop vous conseiller ce livre. Le style de Delphine de Vigan est tout ce que j’attendais: pas larmoyant sans être terre à terre, bref le dosage équilibré pour parler des sans-abris.